Comment se préparer à un entretien d’embauche ?

C’est le jour J, après avoir soigneusement travailler votre CV ainsi que votre lettre de motivation, vous avez réussi à décrocher un entretien. On aimerait vous dire que le plus dur est derrière vous mais à l’inverse il ne fait que commencer.

Vous êtes désormais dans le vif du sujet, vous dans l’objectif de décrocher le poste tant convoité et le recruteur s’assurer que vous êtes le profil qui correspond le plus à ce qu’il recherche.

Pour être sûr de le réussir, un entretien d’embauche ça se prépare. C’est pourquoi, Agence Activ vous préconise ses meilleurs conseils.

Le savoir-faire c'est bien, le savoir-être c'est mieux

Il ne faut pas oublier qu’un entretien d’embauche, bien qu’il représente l’étape « finale » d’une phase de recrutement, s’assimile également à un échantillon de la personne que vous êtes et donc, que vous serez au sein de votre future entreprise. De ce fait, Il est indispensable de faire la meilleure impression possible même sans avoir pu formuler le moindre mot, ou la moindre phrase auprès du recruteur ou de l’agence interim. Cela va se traduire par des éléments importants qui seront facilement analysable au premier coup d’œil : votre capacité à être à l’heure (voire en avance) au rendez-vous initialement fixé, votre tenue vestimentaire adaptée à l’entretien, votre posture vis-à-vis des différents interlocuteurs auxquels vous ferez face… L’ensemble de ces détails vous donneront un avantage considérable s’ils sont respectés.

Restez cohérent dans vos propos

Une situation stressante, un tic de langage, une question piège ? Nombreux sont les moments qui peuvent être déstabilisant et vous faire perdre vos moyens. Rien ne sert de paniquer, n’hésitez pas à prendre un peu de recul dans votre réflexion et analyser la question qui vous est posé avant d’y répondre.

Le meilleur moyen de ne pas être déstabilisé et d’être en mesure d’exprimer ses idées de manière claire et bien formulée le jour de l’entretien.

L’astuce, c’est l’entraînement. L’exercice oral est une discipline inégale, certains auront des facilités tandis que pour d’autres vivront un véritable calvaire. Cependant, que l’on se positionne d’un côté ou de l’autre, peaufiner et répéter notre argumentaire aura pour effet d’avoir confiance en celui-ci, et de cette manière vous ne laisserez plus place aux instants de doutes ou de silence qui peuvent s’avérer relativement gênants.

Parlez-moi de vous…

Derrière cette question, de prime abord innocente qui se pose très souvent en début d’entretien, se cache en réalité un véritable test voué à jauger votre capacité à synthétiser l’intégralité des compétences et des expériences dont vous disposez et que vous estimez être un atout pour le poste auquel vous postulez.

Quand on vous pose cette question, le mieux est d’éviter de lire chronologiquement chacune des lignes de votre CV, le recruteur dispose déjà de ces informations. Il va falloir faire preuve de plus d’anticipation. Pour cela, jaugez vos points forts qui apporteront une réelle plus-value à l’employeur s’il vous choisis pour le poste, et définissez-vous aux travers de ces éléments, maintenant que vous avez été irréprochable sur votre savoir-être, démontrez votre savoir faire !

Quels sont vos principales qualités ?

Cette question tant apprécié des recruteurs n’a pas pour objectif de déterminer si vous êtes bon cuisinier (enfin sauf pour un entretien pour un poste en cuisine me direz-vous), mais plus de s’assurer que votre personnalité est en adéquation avec les valeurs de l’entreprise ainsi qu’aux exigences de l’employeur.

Pour se vendre au mieux après cette question, l’idéal est de mettre en avant vos compétences comportementales, également appelées « soft skills ». Restez dans une posture valorisante de votre profil sans non plus en faire trop. Si vous paraissez trop sûr de vous, cela peut agacer le recruteur et donc, ne pas jouer en votre faveur.

Quels sont vos principaux défauts ?

En ce qui concerne vos « défauts », le but est de faire sa propre analyse, de savoir exposer de vrais défauts, d’une part qui vous correspondent et d’autre part qui sauront se présenter comme des qualités dans certaines situations. Évitez à tout prix d’être trop honnête, le but n’est pas non plus de faire fuir le recruteur ou de lui donner des défauts trop génériques (on ne compte plus le nombre de « perfectionniste » en France tellement ils sont nombreux).

Cette partie de l’entretien n’est pas la plus facile, c’est un vrai exercice d’équilibre voué à séduire le recruteur par le biais de votre personnalité.

chartedem-styleguide03

Et après l’entretien ?

Le grand oral se termine, vous êtes pressé d’en finir et de rentrer chez vous. Prenez garde à ne pas saborder votre travail en bâclant les dernières minutes, elles sont toutes aussi importantes que les premières. Rappelez-vous rapidement au bon souvenir de votre interlocuteur et envoyez-lui un mail de remerciement après l’entretien. Sans réponse de sa part, n’hésitez pas à lui faire parvenir par mail une relance après entretien. Pour patienter, découvrez quelques indices qui vous permettront de savoir si l’entretien s’est bien passé.